Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/12/2010

EXCELLENTES FETES DE FIN D'ANNEE!!

Croco enneigé.jpg



Nîmes et son célèbre crocodile – place du Marché

« Bien faire et se tenir en joie. » Spinoza


Que cette nouvelle année vous garde en bonne santé et vous apporte beaucoup de bonheur.
Jacky RAYMOND

11:47 Publié dans Edito | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, fêtes

LA MAISON DES ADOLESCENTS COMME RESSOURCE MAJEURE POUR UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF DE QUALITE

Les Nîmoises et les Nîmois, confrontés ou non à divers phénomènes de délinquance, notamment des agressions et, parfois, des actes de violence, expriment un sentiment toujours plus fort d’insécurité et un malaise qui va croissant. Ce sentiment est particulièrement vif chez de nombreux commerçants, préoccupés pour leur clientèle, la réduction de celle-ci et la dégradation de leur fonds de commerce. Certains redoutent même, à terme, la disparition de celui-ci.

Les agissements qui engendrent cette situation inacceptable peuvent s’expliquer par la conjonction de fractures graves – urbaines, sociales, économiques, culturelles, idéologiques – dont l’analyse relève d’un autre propos.

Aussi la Ville de Nîmes a t-elle engagé la mise en œuvre d’un plan pluriannuel de sécurité, lequel comprend, entre autres mesures, l’augmentation du contingent de policiers municipaux, l’installation de deux cents caméras de vidéoprotection, la création du conseil des droits et devoirs des familles.

Compte tenu du constat effectué, cette composante d’une politique publique de sécurité s’avère indispensable. Mais au regard de ce même constat et du diagnostic qui en résulte, il est essentiel de la croiser avec d’autres volets non moins déterminants, comme celui de l’accompagnement éducatif.


Dans ce champ prioritaire de l’action éducative, des solutions complémentaires et souvent adaptées existent d’ores et déjà, qu’il conviendra, bien entendu, de faire évoluer en fonction des besoins et de nouveaux modes de prise en charge des jeunes, en particulier des populations dites « à risque » et des adolescents les plus vulnérables. C’est dans ce paysage complexe que s’inscrit la « Maison des Adolescents du Gard ».

Cette Maison des Adolescents ne saurait simplement s’ajouter aux structures ou dispositifs existants. Elle a pour visée de mettre en réseau et en complémentarité les ressources et compétences des institutions pour mieux répondre aux besoins des adolescents. Les jeunes et leurs familles peuvent y trouver les soutiens et aides nécessaires.

Elle a ouvert ses portes au 14 bis boulevard Gambetta à Nîmes à la mi-juin 2010 et son activité s’est développée rapidement. Durant ses dix premières semaines de fonctionnement, elle a enregistré près de 150 passages, répartis en trois tiers à peu près équivalents d’adolescents, de parents et de professionnels. Les demandes des adolescents concernent essentiellement l’hébergement d’urgence, l’orientation et l’emploi, la sexualité et la contraception. Celles des parents portent surtout sur la déscolarisation et les violences intrafamiliales.

Outre les accueils évoqués ci-dessus, la Maison des Adolescents a réalisé une campagne de rencontres dans les collèges et les lycées. Et elle a engagé des actions, d’une part sur l’offre de soins, selon une approche de complémentarité entre les dispositifs existants, d’autre part sur l’offre d’accompagnement éducatif.

Cette toute nouvelle Maison des Adolescents trouve progressivement sa place dans l’ensemble des structures au service des adolescents et de leurs parents, en particulier des plus fragiles et des plus en difficulté. Les liens tissés avec différents partenaires locaux, notamment institutionnels, constituent un gage d’efficacité dans la prise en charge de jeunes exposés à des influences négatives ou sujets à des addictions, quand ils ne sont pas déjà auteurs d’actes de délinquance.
Aussi s’avère t-il nécessaire, dans le cadre d’une politique volontariste, au double plan de la sécurité et de l’action sociale – les deux volets interfèrent sur certains points –, que les institutions, collectivités et associations partenaires poursuivent leur soutien actif à la Maison des Adolescents ou – c’est le cas de la Ville de Nîmes, de la Communauté d’agglomération de Nîmes Métropole comme du Conseil régional Languedoc Roussillon, dont les engagements sont à l’étude – apportent leur contribution à son fonctionnement.

Il y va du devenir d’une partie de la jeunesse, du développement de notre territoire, de la qualité de notre « vivre ensemble »…

15/12/2010

Anonymat et lâcheté...

La communication de ces premières années du XXI° siècle connaît une véritable révolution, générée par les technologies numériques et les réseaux mondiaux, en particulier par le développement exponentiel des réseaux sociaux. Des millions et des milliards de messages, de contenus et de formes multiples, circulent ainsi chaque jour sur la « toile ».

Ce phénomène planétaire s’accompagne de diverses dérives… et, parmi elles, la pratique des messages anonymes. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à être propagés, en réaction à des articles ou à des documents de toutes sortes, diffusés sur des sites de médias, de politiques, de professionnels ou de particuliers.

Si les grandes gestes de l’Antiquité ou du Moyen Age étaient réputées anonymes, c’est qu’elles étaient souvent le fruit d’une création collective doublée d’une tradition orale. Si le don anonyme est apprécié, c’est qu’il constitue la marque de la gratuité de l’acte, de la générosité de son auteur. Et il est agréable, pour des responsables d’association par exemple, d’en bénéficier.

Il n’en va pas de même du message anonyme. Il est en effet la négation de son auteur, qui abolit ainsi son identité. Et il est le signe du plus total irrespect pour celui, organisme ou personne, à qui il est destiné.
Le message anonyme est aussi le masque hideux de la lâcheté. Comme il est facile de se cacher sous ce masque pour prendre parti contre l’Autre. Comme il est facile de se moquer, de manifester de l’hostilité, voire d’invectiver, sous couvert de l’anonymat. Comme il est facile d’adopter une posture dont nul ne peut apprécier le degré de réalité et de sincérité – tel peut prétendre exprimer une certaine opinion alors qu’il appartient à une sensibilité, politique ou idéologique par exemple, radicalement différente de celle qu’il prétend soutenir.

Respectueux des autres et de moi-même, je ne saurais m’exprimer qu’à visage découvert – ni propos anonymes, ni propos prêtés à un pseudonyme – et je ne saurais répondre qu’à des interlocuteurs identifiés, quelque point de vue qu’ils expriment.
La parole libre, assumée et offerte à l’échange est l’une des forces de la démocratie. Respectons-la !

00:24 Publié dans Edito | Lien permanent | Commentaires (0)