Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/05/2010

Mémoire contre ignominie...

cérémonies du 8 mai.jpgLes cérémonies de commémoration du 8 Mai viennent de se dérouler. Dans les divers lieux nîmois de cette célébration, des écoliers ont dit avec émotion un très beau texte de Saint-Exupéry – ceux de l’école de Mas Roman à Saint-Césaire, ceux de l’école de Courbessac au monument aux morts de ce quartier-village, ceux de l’école Charles Martel au square du 11 novembre – et des élèves du collège Feuchères ont remarquablement interprété trois couplets de notre hymne national.

Ces prestations attestent l’engagement des jeunes et de leurs familles comme celui des enseignants qui les ont accompagnés dans cette action éducative exemplaire. Les uns et les autres ont fait honneur à l’Ecole de la République.

C’est par l’éducation et par des actions de qualité comme celles liées à la mémoire que nous établirons des liens forts et indispensables entre les générations, que nous rendrons hommage aux femmes et aux hommes qui ont défendu, au péril ou au prix de leur vie, la dignité de la France et la liberté des leurs comme des générations futures, que nous combattrons tous les obscurantismes et tous les fanatismes.

Se souvenir ensemble des monstruosités des totalitarismes, avant, pendant et après la Seconde Guerre Mondiale, c’est contribuer à faire barrage à tous ces actes aussi ignominieux qu’inacceptables qui sont notre honte, en particulier les profanations de ces derniers jours dans notre région, celle d’une synagogue à Nîmes, doublée d’un acte antisémite contre une personne, celle de stèles de soldats musulmans à Tarascon, celle d’une statue de sainte dans l’enceinte d’un établissement scolaire privé.

Accomplir son devoir de mémoire, c’est rendre hommage à nos grands ancêtres et se référer à leur action digne et exemplaire pour mieux affirmer nos valeurs humanistes et républicaines, pour mieux agir en citoyens libres et responsables.

03/04/2010

Une coopération prometteuse entre enseignants nîmois et anglais.

Le mardi 30 mars 2010, j’ai eu le plaisir d’accueillir, à l’Hôtel de Ville de Nîmes, en ma qualité d’adjoint au maire délégué à l’éducation, quinze enseignants anglais du Buckinghamshire, qui se destinent à l’enseignement du français, et leurs homologues français, dont quatorze professeurs des écoles travaillant dans neuf écoles de la ville et un de leurs collègues de Pompignan, village aux portes des Cévennes.

Comment ne pas être satisfait que ces écoles et enseignants nîmois participent à cette opération de coopération, qui concrétise des accords institutionnels noués en 2006 entre le Buckinghamshire et l’académie de Montpellier. Si la ville de Nîmes apporte pleinement son soutien à ladite action, c’est qu’un tel échange s’inscrit totalement dans ses priorités éducatives.

Parmi ces dernières, la Ville en a deux qui concernent l’échange considéré :

1. Favoriser l’apprentissage des langues et les partenariats avec d’autres pays européens. Cette ambition se fonde sur un double constat : la richesse patrimoniale de Nîmes et du Gard, qui attire de nombreux touristes, notamment étrangers ; la faible maîtrise des langues par nos concitoyens, en particulier de l’anglais.

Cet accompagnement passe, entre autres ressources, par la création d’espaces numériques dans les écoles, équipements qui favorisent les échanges, via le courrier électronique, et la communication en direct, via la visioconférence.

2. Développer des approches multiculturelles et ouvrir l’esprit des jeunes Nîmois à d’autres modes de vie, d’autres traditions – dans une terre fortement marquée du sceau de ses propres traditions, folkloriques, tauromachiques, etc. – l’ouvrir à d’autres formes de pensée et de visions du monde.

Forger des esprits curieux, ouverts, respectueux des autres, implique que les enseignants apprennent à se connaître et à partager certains éléments de leurs cultures respectives. C’est dans cette perspective que la Ville a facilité la découverte, par les enseignants anglais, du patrimoine historique et culturel de Nîmes, ainsi que l’accès au Pont du Gard, monument prestigieux, emblématique de la romanité.

L’une des ambitions éducatives de la ville de Nîmes est de contribuer à l’instauration de liens solides et durables entre maîtres et élèves des deux régions pour le développement d’échanges qui favorisent un apprentissage et un usage naturels de la langue du voisin.

C’est avec cette même volonté que sont soutenues d’autres actions de partenariat d’écoles nîmoises avec des écoles étrangères : le partenariat européen de l’école de La Gazelle, en anglais, avec l’Italie, la Hongrie et l’Angleterre ; le premier échange, récent, avec des directeurs américains (New York) auquel a participé l’école de l’eau Bouillie.

Je ne manquerai pas d’encourager et d’accompagner de telles opérations, en lien étroit avec l’Inspection académique du Gard et la Délégation académique aux relations européennes, internationales et à la coopération. Il y va à la fois du renforcement et de l’approfondissement de la construction de l’Union européenne, de l’avenir de nos enfants et de notre pays.

29/03/2010

Des femmes et des hommes d'excellence dans l'école de la République

Le samedi 27 mars 2010, de 9 heures à 10 heures 45, s’est tenue, au lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès, l’assemblée générale ordinaire de la Section du Gard de l’Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques (AMOPA), laquelle compte 257 adhérents.

Après avoir remercié Monsieur Jean-Paul MAZEN, Proviseur, pour la qualité et la chaleur de son accueil, et avoir rendu hommage aux membres disparus depuis l’assemblée générale de mars 2009, le président a présenté le rapport moral, organisé autour de deux points : les choix d’action de la section AMOPA du Gard ; le positionnement de la section au sein de l’association nationale.

Lire la suite