Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/05/2010

L'Europe en quête de reconnaissance...

Drapeau Européen.jpgLe dimanche 09 mai 2010, jour de commémoration du soixantième anniversaire de la Déclaration de Robert Schuman, acte fondateur de la construction européenne, les participants à la réception officielle marquant cette journée de l’Europe étaient bien peu nombreux dans la cour de « l’Orloj » à Nîmes.

Certes, la pluie s’était invitée à la cérémonie ; mais les intempéries de cette matinée ne suffisent pas à expliquer la présence d’une poignée de fidèles de la cause européenne, réunis autour du président et des administrateurs de la Maison de l’Europe à Nîmes.

Plusieurs explications peuvent être avancées pour rendre compte de ce déficit. Depuis des décennies, malgré l’engagement des Pères fondateurs de l’Europe, Jean Monnet et Robert Schuman, comme de leurs successeurs, à l’instar de Jacques Delors, président unanimement reconnu en son temps de la commission européenne, les Français se sont souvent montrés sceptiques vis-à-vis de l’Europe. Et le vote négatif de mai 2005, au terme d’une campagne quelque peu chaotique, a durablement marqué les esprits.

L’incapacité de l’Union européenne à traiter de manière solidaire et cohérente des situations graves, comme le conflit serbe ou la crise financière, confirment les eurosceptiques dans la faiblesse, voire l’impuissance de l’Union, malgré certaines réussites comme celles du Président de la République au moment de la présidence française de l’Union – conflit entre l’Ukraine et la Russie, réunion du G 20 lors de la crise des « subprimes » aux Etats-Unis et le déclenchement de la crise financière mondiale. Et les atermoiements des principaux pays de l’Union dans la résolution de la crise grecque n’ont pas manqué de conforter ce sentiment de faiblesse, même si, le jour même de cette Journée de l’Europe, les chefs d’Etat et les ministres des finances ont conçu et mis en place un dispositif exceptionnel et d’une rare envergure pour juguler la spéculation.

Face aux périls qui menacent notre Europe, à la récession qui la guette, avec tous les effets graves, directs et collatéraux, sur les populations, il est urgent de dépasser les égoïsmes nationaux, de surmonter les peurs et les fantasmes, il est urgent d’agir ensemble, sur la base d’orientations politiques, économiques et financières partagées, dans un esprit de solidarité. Vivre et se développer au sein d’une Europe unie et forte… ou sombrer dans l’océan tumultueux de la mondialisation !

Donnons-nous la main pour continuer à construire, au-delà de nos racines locales et nationales, notre grand pays, l’Europe.

07:43 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, 9 mai