Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/10/2010

Au revoir Monsieur Freche...

Georges-Freche_9mars2008_Montpellier_afp.pngSi l’homme a beaucoup irrité par ses attitudes d’autocrate, ses dérapages verbaux et ses provocations, il a aussi beaucoup séduit par sa liberté d’esprit, son talent de tribun et son immense culture.

S’il a traité « sa » région Languedoc-Roussillon de façon bien inégalitaire – un comble pour un homme de gauche ! –, il a réalisé une œuvre considérable et remarquable pour Montpellier et l’agglomération montpelliéraine.

Comment ne pas saluer en lui le visionnaire, le bâtisseur, le politique courageux.

Il nous a surpris, une fois de plus,… par son départ précipité.

05/04/2010

Elections régionales et affaiblissement de la démocratie...

Le bruit médiatique des élections régionales de mars 2010 s’est maintenant tu. Beaucoup de commentaires ont été faits sur les résultats de ce scrutin, que les Français ont, une fois de plus, transformé en vote sanction de la politique nationale, en rejet des positions et décisions du Président de la République.

Nul besoin, donc, d’analyser le taux record des abstentions ou le retour, sur la scène politique, du Front National, en particulier dans le Nord de la France et dans les deux régions de l’arc méditerranéen. Quant au succès du Parti Socialiste et d’Europe Ecologie, s’il est indiscutable, il ne signifie pas pour autant une adhésion des électeurs à un projet de gauche, qui se laisse à peine deviner, à des orientations souvent aussi générales que généreuses, à des programmes dont certains ne traduisent que de vagues engagements. Le niveau élevé de l’abstention en relativise d’ailleurs l’ampleur et la portée.

Ce qui frappe, dans ces élections, c’est le témoignage qu’elle donne d’un affaiblissement de la démocratie.

La force d’une démocratie réside, entre autres éléments, dans l’adhésion à un projet de société, à l’échelle du pays ou à celui d’une de ses unités constitutives, la région dans le cas présent. Elle se fonde également sur la légitimité de ses responsables au travers du vote massif des électeurs, à l’instar de ce qui s’est produit lors de l’élection présidentielle de 2007.

Le déni de vote constitue une défaite pour notre démocratie. Il traduit un désarroi à multiples facettes :

- par rapport à la politique menée, avec son cortège de réformes mal expliquées et mal comprises, lesquelles se soldent, dans l’immédiat, par l’absence de résultats significatifs, de nature à améliorer le quotidien des Français.

- par rapport à la crise et à ses effets, dont la stagnation des salaires et la diminution du pouvoir d’achat, le renforcement d’un chômage de masse et de la précarité qui en résulte.

- par rapport à un accroissement continu des inégalités, encore mis récemment en évidence par le constat de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques dans son dossier annuel sur « Les revenus et le patrimoine des ménages », publié le 1er avril – malheureusement pas un « poisson » !

Nos concitoyens ont indéniablement perdu confiance en leurs représentants. Ils doutent de la capacité de ces derniers à élaborer et mettre en œuvre des réponses adaptées et efficaces pour sortir du marasme ambiant. Ils constatent qu’au-delà des rodomontades, les « puissants » qui nous gouvernent sont impuissants à mettre fin aux désordres qui minent notre société, à commencer par les désordres financiers.

Il est urgent pour les centristes de travailler à un nouveau projet politique, qui implique la participation des citoyens et une démocratisation accrue de la vie politique, qui fasse vivre des orientations à la fois libérales et sociales, des visées à la fois nationales et européennes, qui promeuve son fonds de valeurs humanistes et républicaines.

A l’écoute de nos concitoyens et avec eux, les centristes ont l’impérieuse obligation de contribuer à refonder le « contrat social » de la Nation.

23/01/2010

La belle cérémonie de voeux du député Yvan Lachaud

Vendredi soir 22 janvier 2010, près de deux mille personnes ont répondu à l’invitation, dans les salons de l’hôtel Holiday Inn à Nîmes, d’Yvan LACHAUD, député de la première circonscription du Gard, et de sa suppléante, Hélène ALLIEZ-YANNICOPOULOS – militants et sympathisants du Nouveau centre, auxquels se sont joints des membres de l’UMP du Gard, nombreux maires et élus du département, responsables du monde de l’économie, de la culture et des associations.

A la tribune, à leurs côtés, étaient présents les maires de la circonscription, les deux conseillers généraux centristes, le représentant du Sénateur-Maire de Nîmes… ainsi que les jeunes et brillants Julien DEVEZE, chef de file gardois du Nouveau Centre pour les Régionales 2010, et Damien ABAD, le tout nouveau député européen.

Comme à l’accoutumée, les invités ont été accueillis à la fois par des Camarguais et Provençaux dans leurs magnifiques costumes traditionnels, un accueil empreint de beaucoup de chaleur et de simplicité, à l’image de celui du député et de son épouse Mireille. En fin de soirée, ces mêmes Camarguais et Provençaux ont offert aux dames de superbes roses, blanches ou colorées.

C’est avec une attention et un intérêt soutenus que les participants, malgré leur nombre impressionnant, ont écouté successivement Damien ABAD et Yvan LACHAUD, tous deux aussi sereins que déterminés dans leurs convictions. Nos concitoyens sourds et malentendants en ont également bénéficié, grâce à la traduction simultanée en langue des signes.

Damien a remercié avec beaucoup de sincérité et une profonde émotion son parrain en politique, Yvan LACHAUD, faisant référence, avec une tendre ironie, à trois coups de téléphone de son mentor, appels déterminants pour son irrésistible ascension politique… malgré quelques traquenards locaux. Il a ensuite évoqué à grands traits sa mission au sein de la commission des finances du Parlement européen et invité les élus locaux à faire plus largement appel aux aides européennes. Il a enfin regretté le silence et l’absence de l’Union européenne au regard de la tragédie haïtienne.

Yvan a expliqué son choix d’intervention pour les vœux 2010. Il n’a pas souhaité, pour rompre avec une tradition installée depuis maintenant huit ans, procéder à une rétrospective exhaustive de son action, tant nationale que locale, et tracer des perspectives pour la nouvelle année, dans un contexte qui reste difficile.

Il s’est délibérément placé sur le terrain du quotidien, dans l’univers familier de chacun, avec ses interrogations, ses craintes, ses indignations – comme cette condamnation de certaines pratiques de grands patrons, alors qu’un nombre croissant de Français connaît le chômage, la précarité, les souffrances d’un quotidien très difficile. Chacun aura senti vibrer la corde sociale et humaniste d’un député du Nouveau Centre. Il n’en a pas moins affirmé ses convictions et un optimisme mesuré pour une année 2010 du renouveau, dans une France « apaisée ».

Il a, chemin faisant, souligné certaines dimensions de son action, aussi efficace qu’opiniâtre, de parlementaire engagé au service de ses concitoyens, en permanence à leurs côtés et à leur écoute – interventions vigoureuses pour une solution positive sur le site de la base aéronavale de Nîmes-Garons ; défense de l’autonomie de l’université de Nîmes et annonce du processus en cours pour la création, en complément, d’une université de technologie.

Après les vifs applaudissements qui ont salué sa très belle intervention, dans le rythme comme dans le contenu, il a invité l’imposante assemblée à chanter notre hymne national, puis la légendaire « Coupo Santo », deux pièces majeures de notre identité, la seconde enracinant la première dans les traditions languedociennes.

Il a enfin récompensé quatre personnes qui se sont distinguées pour leur engagement et la qualité de leur action : la présidente d’une association pour handicapés ; le créateur et dirigeant d’une dynamique société du virtuel ; l’initiateur apprécié de moult cavaliers camarguais ; l’infatigable promoteur, en dépit des critiques et attaques subies, de la belle équipe du Nîmes Olympique.

Cette magnifique soirée, préparée avec le plus grand soin par de fidèles militants du Nouveau Centre, s’est poursuivie, autour de bien agréables buffets, par les multiples échanges et conversations de gens heureux de se retrouver.

Une belle soirée ! Une très belle soirée… qui témoigne de l’attachement bien compréhensible de très nombreux citoyens de la première circonscription à leur député, Yvan LACHAUD.